Le genre littéraire au Moyen Âge, entre philologie matérielle et approches cognitives (séance n°3 – 20/12/2018)

La troisième séance de l’atelier Le Moyen Âge pour laboratoire s’attaquera à l’épineuse question du genre littéraire. Patrick Moran (University of British Columbia) y présentera ses travaux et aura pour discutant Richard Trachsler (Universität Zürich).

Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? Pourquoi classons-nous les œuvres en fonction de caractéristiques communes, et quel est le statut des catégories qui résultent de ce tri ? Est-ce que le genre que nous attribuons à un texte nous révèle quelque chose sur le texte lui-même, sur le geste qui l’a produit, ou sur la réception que nous en faisons ?

La période médiévale est parfois présentée comme a-générique, ou comme souffrant d’une généricité défaillante, hybride ou floue ; certains médiévistes préfèrent au mot genre, qui sent trop le classicisme et l’héritage aristotélicien, des termes alternatifs comme tradition ou forme ou des expressions employées au Moyen Âge telles que la matière ou le style. Mais c’est précisément cette résistance de la période médiévale à nos habitudes génériques qui doit nous obliger à prendre la question du genre au sérieux.

De deux choses l’une : ou bien le Moyen Âge nous démontre que la notion de genre est une construction historiquement limitée, ou bien il nous incite à adopter une définition « désaturée » du terme, débarrassée du référent aristotélicien, dans la lignée des travaux de Jean-Marie Schaeffer et d’Alastair Fowler, et à nous pencher sur la manière dont les textes sont groupés ou différenciés, de manière souvent toute pragmatique. Le paysage littéraire médiéval, surtout aux XIe-XIIIe siècles, nous confronte non à une absence de genres, mais à un foisonnement de logiques génériques, fondées sur des oppositions structurantes : long/court, vers/prose, chant/non-chant, etc.

Interroger le genre littéraire au Moyen Âge nous oblige à un retour sur les cadres que nous avons imposés à la production médiévale depuis le XIXe siècle. Pour retrouver les genres médiévaux, il est souvent nécessaire de procéder à une critique des genres médiévistes qui les recouvrent par sédimentation : les habitudes médiévales, telles que les traditions textuelles et manuscrites nous les révèlent, sont parfois plus limpides que l’idée que nous nous en faisons, ou elles peuvent au contraire nous révéler des regroupements et des facteurs de catégorisation inattendus. Paradoxalement, sur le genre comme sur bien d’autres questions théoriques, c’est donc par une plongée dans l’altérité de la textualité médiévale qu’on pourra mettre en lumière ce que les pratiques littéraires du Moyen Âge ont de congruent aux nôtres.

La séance se tiendra jeudi 20 décembre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C).

Attention : en raison d’un dispositif de sécurité à l’entrée de l’Université, merci de confirmer votre présence en envoyant un mail à amandine.mussou@gmail.com et de vous munir d’une pièce d’identité le jour de la séance.

Le Moyen Âge pour laboratoire et l’invention théorique de la littérature médiévale (séance n°1 – 11/10/2018)

La première séance de l’atelier se chargera d’introduire et de présenter les principales questions qui animeront les discussions de cette année autour des rapports entre littérature médiévale et théorie littéraire.

Nous reviendrons en tout premier lieu sur le numéro #20 de Fabula LHT, intitulé « Le Moyen Âge pour laboratoire » donnant l’impulsion à cet atelier qui se propose d’en être la continuation. Ce numéro a souhaité défendre une conviction simple : nous pensons que la littérature qui nous occupe, que nous lisons, que nous étudions, que nous enseignons – la littérature médiévale – peut nous apprendre quelque chose au-delà même de ce qu’elle dit d’elle-même et de la période qui l’a vu naître ; elle peut même nous faire porter un regard plus lucide sur les littératures contemporaines et contribuer à enrichir nos théories littéraires. On tentera à cet égard de spécifier la nature des rapports possibles du médiéviste au contemporain, ainsi que la légitimité du médiéviste à contribuer à la théorie de la littérature.

En second lieu, il s’agira de préciser ce que l’on entend par « invention théorique de la littérature médiévale » : si – au sens du génitif objectif – le théoricien contemporain peut inventer et instituer « la littérature médiévale », en forgeant des concepts par lesquels se forment de nouveaux corpus et de nouveaux problèmes littéraires, cela n’est possible qu’en rendant justice à l’inventivité propre de la littérature médiévale – au sens du génitif subjectif – comme gisement de ressources qu’un sens trop moderne de la littérature laisserait inaperçues et qu’il importerait précisément d’exhumer et de faire remonter à la surface. Telle est la polysémie, toute médiévale d’ailleurs, de la notion d’invention qui oscille entre découverte et fabrication : l’inventio reliquarum d’un saint désigne la découverte de ses ossements qui justifie l’institution de son culte.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble et Amandine Mussou, la séance se tiendra jeudi 11 octobre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre.