Droits de lecteurs : l’invention des ateliers d’écriture (14 novembre 2019)

Comme la critique l’a abondamment souligné, notamment à la suite du débat ouvert entre « ancienne » et « nouvelle » philologie, la littérature médiévale est caractérisée par un très fort degré de variation, dans ses processus de transmission mais aussi de création, processus animés avant tout par une esthétique du remploi et de la continuité avec les modèles antérieurs.

Le modèle implicite dominant du discours théorique est ainsi vertical et généalogique. Dans une vision biologique de l’écosystème littéraire, héritière de catégories de pensée construites au XIXème siècle, la création littéraire s’inscrit, suivant les positions théoriques, dans un processus de dégénérescence héréditaire inévitable mais contre lequel on peut lutter pour sortir de cette « généalogie pathologique » (Zrinka Stahuljak), ou dans un « excès joyeux » (Bernard Cerquiglini) incontrôlable, caractéristique de la vie même.

On voudrait ici, dans le sillage des théories de la réception, interroger à l’inverse l’horizontalité des pratiques d’écritures médiévales, en essayant de mettre au jour, à partir de quelques exemples tirés de corpus fictionnels en français, des usages et des habitudes de compilation et d’écriture qui font école – au sens rhétorique du terme –, autour de communautés de lecteurs avertis. Nous interrogerons ainsi à l’aide d’un choix d’exemples examinés à la loupe ces lecteurs de troisième main que sont les copistes, « manulecteurs » qui écrivent en lisant.

Intervenantes : Anne Rochebouet (Université Versailles Saint-Quentin) et Nathalie Koble (ENS Paris)

La séance aura lieu le jeudi 14 novembre de 16h30 à 19h, salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C). Pour toute information, veuillez contacter florent.coste@orange.fr ou amandine.mussou@gmail.com

Le Moyen Âge pour laboratoire – Programme 2019-2020

Pour la deuxième année consécutive, l’atelier « Le Moyen Âge pour laboratoire » propose, à partir des situations et des problèmes que suscitent les corpus de littérature médiévale, de faire de la théorie littéraire autrement. Sa formule reste inchangée :

  • les séances, résolument polyphoniques, font dialoguer des spécialistes de littérature médiévale avec des spécialistes d’autres époques et d’autres disciplines, des jeunes chercheurs avec des chercheurs confirmés.
  • entre prose et poésie, entre langues vernaculaires et médiolatin, entre XIe et XVe siècles, la littérature médiévale dialogue avec les corpus ultérieurs et contemporains.

Les séances se déroulent un jeudi par mois de 16h30 à 19h à l’ENS Paris et à l’Université Paris Diderot.

14 Novembre 2019 – Droits de lecteurs : l’invention des ateliers d’écriture

Anne Rochebouet (UVSQ) et Nathalie Koble (ENS Paris)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

 19 décembre 2019 – Auteurs et mécènes : partage d’autorités

Deborah McGrady (University of Virginia) et David Hult (University of California, Berkeley)

Répondant : Étienne Anheim (EHESS)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

23 janvier 2020 – Zoopoétique médiévale : les animaux et leurs littératures

Christopher Lucken (Paris 8) et Yoan Boudes (Paris Sorbonne)

Répondant : Pierre-Olivier Dittmar (EHESS)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

30 janvier 2020 – Plurilinguisme : écrire en plusieurs langues au Moyen Âge

Jane Taylor (Durham University) et Benoît Grévin (CNRS/EHESS)

Répondant : Fabio Zinelli (EPHE)

Lieu : École Normale Supérieure, salle U205 (29, rue d’Ulm, 75005 Paris).

13 février 2020 – Allégories médiévales : entre fiction et incarnation

Fabienne Pomel (Université de Rennes 2) et Dominique Demartini (Université Sorbonne nouvelle)

Répondante : Florence Dumora (Université Paris Diderot)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

19 mars 2020 – Polyphonies de la littérature médiévale : genres, styles, discours

Laëtitia Tabard (Le Mans Université) et Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne)

Répondante : Lise Charles (Université de Nantes)

Lieu : École Normale Supérieure, salle Celan (45, rue d’Ulm, 75005 Paris).

2 avril 2020 – Faire monde

Zrinka Stahuljak (UCLA) et Mireille Séguy (Université Paris 8)

Répondante : Tiphaine Samoyault (Paris 3 Sorbonne nouvelle)

Lieu : École Normale Supérieure, salle Celan (45, rue d’Ulm, 75005 Paris).

14 mai 2020 – Littérature en jeu : poétiques ludiques

Amandine Mussou (Université Paris Diderot) et Maxime Kamin (Université Grenoble Alpes)

Répondante : Camille Bloomfield (Paris 13-Thalim)

Lieu : École Normale Supérieure, salle Celan (45, rue d’Ulm, 75005 Paris).

4 juin 2020 – La poésie visuelle et sonore : filiations médiévales, résurgences contemporaines (journée d’études à l’ENS Paris)

Marion Uhlig (Université de Fribourg), Agathe Sultan (Université Bordeaux Montaigne) et Mathias Sieffert (Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Harvard University)

Répondants : Vincent Barras, Vincent Debiais (CNRS/EHESS)

Lieu : École Normale Supérieure (salle à préciser).

Le Moyen Âge pour laboratoire et l’invention théorique de la littérature médiévale (séance n°1 – 11/10/2018)

La première séance de l’atelier se chargera d’introduire et de présenter les principales questions qui animeront les discussions de cette année autour des rapports entre littérature médiévale et théorie littéraire.

Nous reviendrons en tout premier lieu sur le numéro #20 de Fabula LHT, intitulé « Le Moyen Âge pour laboratoire » donnant l’impulsion à cet atelier qui se propose d’en être la continuation. Ce numéro a souhaité défendre une conviction simple : nous pensons que la littérature qui nous occupe, que nous lisons, que nous étudions, que nous enseignons – la littérature médiévale – peut nous apprendre quelque chose au-delà même de ce qu’elle dit d’elle-même et de la période qui l’a vu naître ; elle peut même nous faire porter un regard plus lucide sur les littératures contemporaines et contribuer à enrichir nos théories littéraires. On tentera à cet égard de spécifier la nature des rapports possibles du médiéviste au contemporain, ainsi que la légitimité du médiéviste à contribuer à la théorie de la littérature.

En second lieu, il s’agira de préciser ce que l’on entend par « invention théorique de la littérature médiévale » : si – au sens du génitif objectif – le théoricien contemporain peut inventer et instituer « la littérature médiévale », en forgeant des concepts par lesquels se forment de nouveaux corpus et de nouveaux problèmes littéraires, cela n’est possible qu’en rendant justice à l’inventivité propre de la littérature médiévale – au sens du génitif subjectif – comme gisement de ressources qu’un sens trop moderne de la littérature laisserait inaperçues et qu’il importerait précisément d’exhumer et de faire remonter à la surface. Telle est la polysémie, toute médiévale d’ailleurs, de la notion d’invention qui oscille entre découverte et fabrication : l’inventio reliquarum d’un saint désigne la découverte de ses ossements qui justifie l’institution de son culte.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble et Amandine Mussou, la séance se tiendra jeudi 11 octobre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre.