Auteurs et mécènes : partage d’autorités (19 décembre 2019)

Les médiévistes prennent souvent pour acquis les rapports qui lient les auteurs à leurs lecteurs privilégiés, à tel point qu’il est courant de voir un mécène dans toute figure noble identifiée dans un texte et d’interpréter chaque relation littéraire existant entre un auteur et un dédicataire comme l’expression d’un mécénat. Il n’est pas rare de penser que l’auteur qui se voit ainsi conférer une autorité particulière en tire un bénéfice non négligeable.

Les intervenants de cette séance remettent en question ces interprétations hâtives ou tendancieuses en approfondissant les mécanismes de l’échange littéraire. Ainsi, ils s’emploieront à problématiser les différentes modalités d’échange habituellement classées sous la rubrique du mécénat, à définir le type d’autorité qui a pu être accordé aux deux principaux acteurs de cet échange, et à évaluer les avantages et les risques de l’échange littéraire.

Les analyses s’appuieront sur les modèles sociologiques d’échange de dons aussi bien que sur l’apport de Michel Foucault à la fonction-auteur, ce double éclairage ouvrant des perspectives nouvelles sur les traitements visuels et textuels de l’échange littéraire dans les œuvres médiévales. Enfin, le travail s’effectuera à partir d’un large corpus d’exemples français s’étendant du XIIe au XVe siècle.

Intervenants : Deborah McGrady (University of Virginia) et David Hult (University of California, Berkeley).
Répondant : Étienne Anheim (EHESS).

La séance aura lieu le jeudi 19 décembre de 16h30 à 19h, salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C). Pour toute information, veuillez contacter florent.coste@orange.fr ou amandine.mussou@gmail.com

 

Le Moyen Âge pour laboratoire et l’invention théorique de la littérature médiévale (séance n°1 – 11/10/2018)

La première séance de l’atelier se chargera d’introduire et de présenter les principales questions qui animeront les discussions de cette année autour des rapports entre littérature médiévale et théorie littéraire.

Nous reviendrons en tout premier lieu sur le numéro #20 de Fabula LHT, intitulé « Le Moyen Âge pour laboratoire » donnant l’impulsion à cet atelier qui se propose d’en être la continuation. Ce numéro a souhaité défendre une conviction simple : nous pensons que la littérature qui nous occupe, que nous lisons, que nous étudions, que nous enseignons – la littérature médiévale – peut nous apprendre quelque chose au-delà même de ce qu’elle dit d’elle-même et de la période qui l’a vu naître ; elle peut même nous faire porter un regard plus lucide sur les littératures contemporaines et contribuer à enrichir nos théories littéraires. On tentera à cet égard de spécifier la nature des rapports possibles du médiéviste au contemporain, ainsi que la légitimité du médiéviste à contribuer à la théorie de la littérature.

En second lieu, il s’agira de préciser ce que l’on entend par « invention théorique de la littérature médiévale » : si – au sens du génitif objectif – le théoricien contemporain peut inventer et instituer « la littérature médiévale », en forgeant des concepts par lesquels se forment de nouveaux corpus et de nouveaux problèmes littéraires, cela n’est possible qu’en rendant justice à l’inventivité propre de la littérature médiévale – au sens du génitif subjectif – comme gisement de ressources qu’un sens trop moderne de la littérature laisserait inaperçues et qu’il importerait précisément d’exhumer et de faire remonter à la surface. Telle est la polysémie, toute médiévale d’ailleurs, de la notion d’invention qui oscille entre découverte et fabrication : l’inventio reliquarum d’un saint désigne la découverte de ses ossements qui justifie l’institution de son culte.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble et Amandine Mussou, la séance se tiendra jeudi 11 octobre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre.