Demi-journée d’étude autour du végétal et du jeu

Le séminaire Le Moyen Âge pour laboratoire reprend ses activités et organise une demi-journée d’étude

le vendredi 22 avril – 14h30-18h30

à l’ENS (salle Lettres 1, 45 rue d’Ulm, escalier B, 2e étage)

autour de deux thématiques fondamentales – le végétal et le jeu. 

Pensées végétales médiévales : arbres et arborescences

par Valérie Fasseur (Université Paul-Valéry Montpellier 3) et Naïs Virenque (Université Catholique de Louvain), répondante : Inès Cazalas (Université Paris Cité) 

Au bas Moyen Âge, l’arbre est le modèle répartiteur le plus utilisé en Occident pour structurer une pensée visuelle et/ou verbale à des fins épistémiques, spirituelles, éthiques ou commémoratives. En s’appuyant sur un vaste corpus de diagrammes et de textes produits entre le XIIIe et le XVe siècle, il s’agira pour Naïs Virenque d’examiner l’évolution de la forme, de la figuration et du mode d’opérationnalité des structures en arbre en fonction de leur contexte de production et de leur utilisation.

Valérie Fasseur interrogera, quant à elle, plus spécifiquement la pensée arborescente de Matfre Ermengaud avec l’arbre d’amour du Breviari d’AmorLe Breviari d’Amor de Matfre Ermengaud, seule somme écrite, à partir de 1288, en langue d’oc, s’ouvre sur une grande enluminure intitulée “l’arbre d’amour”. Cette enluminure est d’abord glosée « en prose », puis par l’ensemble des 35000 vers qui en constituent une immense ekphrasis. Arbre classificateur, cette enluminure est aussi programmatique et agente. Comment fonctionne-t-elle par rapport à l’ensemble de l’œuvre ? Que représente le choix de l’arbre dans le contexte de rédaction du Breviari d’Amor ? Telles sont les questions qui guideront la réflexion de Valérie Fasseur sur ce végétal en forme de pensée.

Littérature en jeu(x) : les échecs au Moyen Âge, métaphore plurielle et modèle de récit

par Amandine Mussou (Université Paris Cité) et Maxime Kamin (Université Grenoble Alpes), répondante : Nathalie Koble (ENS PSL)

Longtemps négligé par la recherche historique et littéraire, le rôle que tiennent les jeux dans la société médiévale éveille depuis peu l’intérêt de la critique. Pour autant que celle-ci, sous l’impulsion notamment des travaux fondateurs de Johan Huizinga, ne le considère plus comme un objet dérisoire, frivole et suspect, le jeu s’envisage désormais comme un outil d’analyse pertinent et légitime pour la compréhension de la période qui nous occupe. La civilisation médiévale, comme l’ont bien montré les recherches de Jean-Michel Mehl, apparaît en effet comme un domaine particulièrement favorable à l’étude des activités ludiques dont les manifestations, plurielles et polyvalentes, se situent à la croisée de différents discours, normatif ou spéculatif, soutiennent l’expression de divers contenus conceptuels (social, érotique ou spirituel) et se révèlent à même d’engendrer de multiples effets de sens. Notion d’une plasticité et d’une polysémique remarquables, le jeu atteste sa présence récurrente dans les lettres médiévales, et mérite à cet égard d’être considéré avec toute l’attention que requiert l’étude d’un objet qui constitue, selon le mot de Jacques Berchtold, « une épistémologie des situations fondamentales de l’existence humaine ».  

Si d’étroits rapports se nouent dans la culture contemporaine entre l’imaginaire médiéval et le domaine ludique, l’analyse se concentrera, dans le cadre de cette séance, sur la place privilégiée qu’occupe le jeu d’échecs dans les textes poétiques et narratifs du Moyen Âge. Divertissement rationnel d’inspiration martiale, les échecs se prêtent dans les lettres médiévales à de nombreuses interprétations. Ils apparaissent comme un objet privilégié pour tenter de cerner les fonctions (politique, morale, heuristique, formelle…) qu’exerce le jeu dans le champ littéraire, tout en permettant de dégager les spécificités médiévales de l’inscription du ludique dans la littérature.

Maxime Kamin portera plus particulièrement son attention sur les usages métaphoriques du jeu d’échecs dans un corpus de textes savants et moraux. Amandine Mussou s’intéressera aux modèles de récit qu’offrent les parties d’échecs présentes dans un corpus de fictions vernaculaires.