Écritures collectives et pratiques sociales de la littérature médiévale

Poser des questions de poétique à la littérature médiévale, c’est poser la question du faire : qui fait quoi ? et à qui cela est-il assignable et imputable ? C’est en un sens faire réapparaître, en bousculant un peu les habitudes de l’histoire littéraire fondée sur des critères auctoriaux et individualistes, la question du travail dans la création, la production et la reproduction de l’écrit. La littérature médiévale ouvre ainsi l’acte même de l’écriture à sa dimension collective : réécritures, continuations, orchestration dans des compilations de sources antérieures, mises en cycle, mises en recueil, mais aussi auctorialité plurielle, polygraphies, collaborations et coordinations au sein d’ateliers de copistes, etc. Toutes ces situations (re)peuplent insensiblement l’histoire de la littérature médiévale d’une foule d’acteurs souvent oubliés ou invisibilisés, mais qui s’articulent au sein de communautés graphiques. Se reposent à nouveaux frais quelques questions fondamentales pour le médiéviste : quel statut conférer à la copie dans la transmission et la tradition de la littérature ? ; quelle place conférer au style dans ces écritures collectives ? ; ou encore quelles continuités lient la littérature médiévale à d’autres formes ordinaires de documentation et de productions écrites ?

Dans un second temps, on abordera avec Marion Uhlig la question des écritures collectives et des pratiques sociales de la littérature médiévale au prisme des effets de métalepse qui la caractérisent de façon massive. Il s’agit d’illustrer et d’interroger les dispositifs visant à rompre l’illusion fictionnelle pour activer des interférences entre les mondes internes et externes au texte, et partant fusionner les univers référentiels des instances de production, de réception et de représentation, soit du poète, du ou des récitant(s), des auditeurs-lecteurs et des personnages. Que se passe-t-il lorsque ces dispositifs sont activés ? Tout indique qu’on a affaire à une démarche inclusive, un geste de rassemblement œuvrant à la formation d’une communauté par-delà les frontières des niveaux narratifs et extranarratifs. En ce sens, la métalepse – ou l’action d’« abattre le quatrième mur » – semble revêtir au Moyen Âge une valeur injonctive, visant à assurer le déploiement de la narrativité. Plus largement, ce phénomène emblématise les pratiques de polyphonie et d’écriture collective, de stratification et de transmission de la littérature médiévale. On aimerait ainsi, et à partir d’exemples éclectiques, considérer la métalepse comme un outil heuristique permettant d’interroger le fonctionnement à la fois intellectuel, matériel et anthropologique de la narrativité médiévale, conçue comme pratique sociale et comme résultat d’écritures collectives.

La séance aura lieu le 4 avril à l’École normale supérieure, en salle 235B (29 rue d’Ulm), à partir de 16h30
Intervenant.e.s : Marion Uhlig (Université de Fribourg) et Florent Coste (Université de Lorraine).
Répondant : Olivier Belin (Université de Cergy).

L’archéologie des media, un nouveau regard (séance n°5 – 21/03/2019)

Depuis une vingtaine d’années, l’archéologie des media s’est imposée comme une approche innovante visant à repenser l’histoire traditionnelle des dispositifs de communication. Attentive aux interactions entre l’histoire des sciences, l’évolution des techniques, les pratiques socio-culturelles et les imaginaires qui convergent dans les supports de médiation, cette démarche porte un intérêt particulier au rôle des arts et des littératures et invite à mener des enquêtes sur les périodes antérieures aux XIXe-XXIe siècles. Toutefois, média-archéologues et médiévistes échangent encore rarement. Le Moyen Âge peut-il être un laboratoire pour l’archéologie des media, et réciproquement ?

Nous tenterons de répondre à cette question en historiennes des cultures visuelles, l’une littéraire, l’autre historienne d’art, sous la forme d’un travail expérimental et collaboratif sur le cas du miroir. Quels techniques, quelles pratiques, quels fantasmes a cristallisé cet objet omniprésent dans les arts et les littératures de la fin du Moyen Âge ? Les pensées du visuel reflétées dans les miroirs médiévaux sont-elles encore agissantes au XXIe siècle ?

Notre dialogue évoquera quelques enjeux méthodologiques de l’archéologie des media avant de cerner les mutations des techniques et des usages sociaux qui entourent les miroirs au XVe siècle. Croiser l’histoire matérielle de ces objets et l’histoire intellectuelle des notions de réflexion et de visibilité permet de mieux cerner la multiplicité des sens donnés aux miroirs dans les peintures et les installations artistiques. En littérature, le support de vision n’est-il plus que métaphore ? Le cas du théâtre montrera qu’une commune culture de la visualisation allégorique a favorisé un enchevêtrement complexe des théories optiques, des discours moraux et des pratiques scéniques. Il a assuré le long succès des spectacles de révélation des invisibles, aujourd’hui disparus mais dont on questionnera les possibles résurgences dans nos technologies contemporaines.

Les deux intervenantes ont récemment lancé le projet international MAMA (Media Archaeology and the Middle Ages) qui vise à favoriser le dialogue entre études médiévales et archéologie des media.

La séance aura lieu le 21 mars à l’École normale supérieure, en salle Jean Jaurès (l’accès se fait par le 24 rue Lhomond), à partir de 16h30.
Intervenantes : Estelle Doudet (Université de Lausanne) et Laura Weigert (Rutgers University).
Répondant : Yves Citton (Université Paris 8).