La littérature française médiévale dans le laboratoire des études de genre

Les études de genre portant sur la littérature française médiévale s’inscrivent dans une tradition critique qui s’est développée sur plusieurs décennies, surtout dans le monde académique anglo-saxon, prenant le relais d’une attention critique centrée sur le rôle et la place des femmes dans le champ littéraire ainsi que sur les modalités du discours féminin.  Dans un premier temps, nous évoquerons brièvement cette évolution en rappelant ses principaux aspects méthodologiques.

On s’efforcera ensuite de discuter la pertinence de quelques concepts issus du développement des études de genre en sciences sociales pour une approche littéraire des textes médiévaux. En partant de l’idée que le genre fait système, il convient de prendre la mesure de la diversité des domaines d’application de cet outil d’analyse : contrôle de la reproduction, accès à la sphère publique, division sexuelle du savoir et du travail, sexualités et discours amoureux, entre autres.  Ce spectre large appelle l’usage de distinctions précises. Les chercheurs et les chercheuses convoquent de plus en plus souvent des notions d’apparence un peu technique comme agentivité, intersectionnalité ou homosocialité.  Ces concepts permettent-ils de décrire efficacement la diversité des formes que prennent les rapports sociaux de sexe en fonction des contextes discursifs, poétiques ou politiques propres à la période médiévale ?

Pour terminer, en partant d’une situation narrative récurrente dans les textes courtois des XIIe et XIIIe siècles, nous nous demanderons jusqu’à quel point les agencements du genre sont susceptibles de se recomposer au gré des textes.  Pourrait-on aller jusqu’à dire que le façonnage du genre fait partie intégrante de l’élaboration fictionnelle de l’œuvre, dans le contexte d’une littérature qui s’invente au gré d’un travail incessant de reprises et de reconfiguration de matières narratives connues ?

La séance aura lieu le 14 février à l’Ecole normale supérieure, au 29 rue d’Ulm (et non au 45), en salle Paul Langevin, à partir de 16h30.
Intervenantes : Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Anne Paupert (Université Paris Diderot).
Répondantes : Sophie Albert (Université Paris Sorbonne) et Fabienne Pomel (Université de Rennes 2). Les quatre intervenantes viennent de créer un réseau baptisé LIMA.GE (Littérature Médiévale et Genre) qui sera très prochainement doté d’un « carnet hypothèses ».