Réseaux et communautés : retour sur deux notions en vogue (séance n°2 – 08/11/2018)

Pour la deuxième séance de l’atelier Le Moyen Âge pour laboratoire, on a souhaité revenir sur les notions de « communauté » et de « réseau » qui connaissent aujourd’hui les faveurs de la critique et de la théorie littéraires. 

Plusieurs raisons président sans doute à ce succès. D’une part, une tendance de fond travaille assurément le champ littéraire, dans le sens d’une affirmation des approches sociales et pragmatiques de la littérature. Elles-mêmes peuvent résulter d’effets de mode disciplinaire qui, depuis la philosophie ou les sciences sociales, percolent de manière relativement intempestive dans les études littéraires : symptomatique, à cet égard, la convocation de plus en plus régulière dans les appels à contribution des études littéraires (notamment anglosaxonnes) de la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour.

D’autre part, si les études médiévales n’échappent pas à cette vogue, c’est sans doute que la tentation est grande aussi de faire du Moyen Âge l’époque du communautaire1 ou le moment des communs. Non sans réminiscence avec la distinction classique forgée par le sociologue allemand Ferdinand Tönnies entre Gemeinschaft et Gesellschaft (opposant une société moderne, individualiste et contractuelle et une société traditionnelle, moins atomisée et plus organique), une certaine historiographie a tendu à considérer et à fantasmer les expériences communales du Moyen Âge comme un point de référence et une caution historique à la réflexion politique actuelle des communs2.

Reste que les médiévistes étaient loin d’être démunis pour élaborer une pensée sociale de la littérature, si l’on songe que dès le début des années 80, Brian Stock a forgé le concept de « communauté textuelle »3 pour décrire les groupes qui s’organisent autour de l’usage d’un texte déterminé. Si l’on n’a pas toujours exploité cette notion d’une extrême fécondité, il s’agira durant cette séance de voir ce que pourrait en tirer la théorie littéraire et ce que pourrait en gagner notre lecture des textes médiévaux. En question et en jeu ici : le rôle de la littérature dans la structuration, l’organisation et l’animation de la vie sociale du Moyen Âge.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble, Amandine Mussou et Laëtitia Tabard, la séance se tiendra jeudi 8 novembre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre.

  1. Voir, par exemple, la mise au point de Joseph Morsel, « En guise d’avant-propos : 
    les communautés ont quand même une histoire », Questes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 10 mai 2016, consulté le 04 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questes/4324 []
  2. Voir, pour une remise en perspective historiographique de cette question, Paolo Napoli, « Indisponibilité, service public, usage. Trois concepts fondamentaux pour le « commun » et les « biens communs » », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 04 novembre 2018. []
  3. Brian Stock, The Implications of literacy. Written language and models of interpretation in the Eleventh and Twelfth centuries, Princeton, 1983 ; Listening for the Text: On the Uses of the Past, University of Pennsylvania, 1990. []