Le genre littéraire au Moyen Âge, entre philologie matérielle et approches cognitives (séance n°3 – 20/12/2018)

La troisième séance de l’atelier Le Moyen Âge pour laboratoire s’attaquera à l’épineuse question du genre littéraire. Patrick Moran (University of British Columbia) y présentera ses travaux et aura pour discutant Richard Trachsler (Universität Zürich).

Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? Pourquoi classons-nous les œuvres en fonction de caractéristiques communes, et quel est le statut des catégories qui résultent de ce tri ? Est-ce que le genre que nous attribuons à un texte nous révèle quelque chose sur le texte lui-même, sur le geste qui l’a produit, ou sur la réception que nous en faisons ?

La période médiévale est parfois présentée comme a-générique, ou comme souffrant d’une généricité défaillante, hybride ou floue ; certains médiévistes préfèrent au mot genre, qui sent trop le classicisme et l’héritage aristotélicien, des termes alternatifs comme tradition ou forme ou des expressions employées au Moyen Âge telles que la matière ou le style. Mais c’est précisément cette résistance de la période médiévale à nos habitudes génériques qui doit nous obliger à prendre la question du genre au sérieux.

De deux choses l’une : ou bien le Moyen Âge nous démontre que la notion de genre est une construction historiquement limitée, ou bien il nous incite à adopter une définition « désaturée » du terme, débarrassée du référent aristotélicien, dans la lignée des travaux de Jean-Marie Schaeffer et d’Alastair Fowler, et à nous pencher sur la manière dont les textes sont groupés ou différenciés, de manière souvent toute pragmatique. Le paysage littéraire médiéval, surtout aux XIe-XIIIe siècles, nous confronte non à une absence de genres, mais à un foisonnement de logiques génériques, fondées sur des oppositions structurantes : long/court, vers/prose, chant/non-chant, etc.

Interroger le genre littéraire au Moyen Âge nous oblige à un retour sur les cadres que nous avons imposés à la production médiévale depuis le XIXe siècle. Pour retrouver les genres médiévaux, il est souvent nécessaire de procéder à une critique des genres médiévistes qui les recouvrent par sédimentation : les habitudes médiévales, telles que les traditions textuelles et manuscrites nous les révèlent, sont parfois plus limpides que l’idée que nous nous en faisons, ou elles peuvent au contraire nous révéler des regroupements et des facteurs de catégorisation inattendus. Paradoxalement, sur le genre comme sur bien d’autres questions théoriques, c’est donc par une plongée dans l’altérité de la textualité médiévale qu’on pourra mettre en lumière ce que les pratiques littéraires du Moyen Âge ont de congruent aux nôtres.

La séance se tiendra jeudi 20 décembre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C).

Attention : en raison d’un dispositif de sécurité à l’entrée de l’Université, merci de confirmer votre présence en envoyant un mail à amandine.mussou@gmail.com et de vous munir d’une pièce d’identité le jour de la séance.

Réseaux et communautés : retour sur deux notions en vogue (séance n°2 – 08/11/2018)

Pour la deuxième séance de l’atelier Le Moyen Âge pour laboratoire, on a souhaité revenir sur les notions de « communauté » et de « réseau » qui connaissent aujourd’hui les faveurs de la critique et de la théorie littéraires. 

Plusieurs raisons président sans doute à ce succès. D’une part, une tendance de fond travaille assurément le champ littéraire, dans le sens d’une affirmation des approches sociales et pragmatiques de la littérature. Elles-mêmes peuvent résulter d’effets de mode disciplinaire qui, depuis la philosophie ou les sciences sociales, percolent de manière relativement intempestive dans les études littéraires : symptomatique, à cet égard, la convocation de plus en plus régulière dans les appels à contribution des études littéraires (notamment anglosaxonnes) de la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour.

D’autre part, si les études médiévales n’échappent pas à cette vogue, c’est sans doute que la tentation est grande aussi de faire du Moyen Âge l’époque du communautaire1 ou le moment des communs. Non sans réminiscence avec la distinction classique forgée par le sociologue allemand Ferdinand Tönnies entre Gemeinschaft et Gesellschaft (opposant une société moderne, individualiste et contractuelle et une société traditionnelle, moins atomisée et plus organique), une certaine historiographie a tendu à considérer et à fantasmer les expériences communales du Moyen Âge comme un point de référence et une caution historique à la réflexion politique actuelle des communs2.

Reste que les médiévistes étaient loin d’être démunis pour élaborer une pensée sociale de la littérature, si l’on songe que dès le début des années 80, Brian Stock a forgé le concept de « communauté textuelle »3 pour décrire les groupes qui s’organisent autour de l’usage d’un texte déterminé. Si l’on n’a pas toujours exploité cette notion d’une extrême fécondité, il s’agira durant cette séance de voir ce que pourrait en tirer la théorie littéraire et ce que pourrait en gagner notre lecture des textes médiévaux. En question et en jeu ici : le rôle de la littérature dans la structuration, l’organisation et l’animation de la vie sociale du Moyen Âge.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble, Amandine Mussou et Laëtitia Tabard, la séance se tiendra jeudi 8 novembre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre.

  1. Voir, par exemple, la mise au point de Joseph Morsel, « En guise d’avant-propos : 
    les communautés ont quand même une histoire », Questes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 10 mai 2016, consulté le 04 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questes/4324 []
  2. Voir, pour une remise en perspective historiographique de cette question, Paolo Napoli, « Indisponibilité, service public, usage. Trois concepts fondamentaux pour le « commun » et les « biens communs » », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 04 novembre 2018. []
  3. Brian Stock, The Implications of literacy. Written language and models of interpretation in the Eleventh and Twelfth centuries, Princeton, 1983 ; Listening for the Text: On the Uses of the Past, University of Pennsylvania, 1990. []

Le Moyen Âge pour laboratoire et l’invention théorique de la littérature médiévale (séance n°1 – 11/10/2018)

La première séance de l’atelier se chargera d’introduire et de présenter les principales questions qui animeront les discussions de cette année autour des rapports entre littérature médiévale et théorie littéraire.

Nous reviendrons en tout premier lieu sur le numéro #20 de Fabula LHT, intitulé « Le Moyen Âge pour laboratoire » donnant l’impulsion à cet atelier qui se propose d’en être la continuation. Ce numéro a souhaité défendre une conviction simple : nous pensons que la littérature qui nous occupe, que nous lisons, que nous étudions, que nous enseignons – la littérature médiévale – peut nous apprendre quelque chose au-delà même de ce qu’elle dit d’elle-même et de la période qui l’a vu naître ; elle peut même nous faire porter un regard plus lucide sur les littératures contemporaines et contribuer à enrichir nos théories littéraires. On tentera à cet égard de spécifier la nature des rapports possibles du médiéviste au contemporain, ainsi que la légitimité du médiéviste à contribuer à la théorie de la littérature.

En second lieu, il s’agira de préciser ce que l’on entend par « invention théorique de la littérature médiévale » : si – au sens du génitif objectif – le théoricien contemporain peut inventer et instituer « la littérature médiévale », en forgeant des concepts par lesquels se forment de nouveaux corpus et de nouveaux problèmes littéraires, cela n’est possible qu’en rendant justice à l’inventivité propre de la littérature médiévale – au sens du génitif subjectif – comme gisement de ressources qu’un sens trop moderne de la littérature laisserait inaperçues et qu’il importerait précisément d’exhumer et de faire remonter à la surface. Telle est la polysémie, toute médiévale d’ailleurs, de la notion d’invention qui oscille entre découverte et fabrication : l’inventio reliquarum d’un saint désigne la découverte de ses ossements qui justifie l’institution de son culte.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble et Amandine Mussou, la séance se tiendra jeudi 11 octobre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre. 

Et si la littérature médiévale nous aidait à faire de la théorie littéraire autrement ?

Dans le sillage du numéro « Le Moyen Âge pour laboratoire » (Fabula LHT, n°20, janvier 2018), cet atelier entend poursuivre le questionnement qui l’animait : comment la littérature médiévale nous aide-t-elle à faire de la théorie littéraire autrement ? Nous souhaiterions détromper l’idée selon laquelle les spécialistes de littérature médiévale n’auraient ni les moyens ni la légitimité de faire de la théorie littéraire ; l’atelier entend aussi aller à rebours de l’idée que les efforts de contextualisation, d’édition et de traduction qu’exigent les textes médiévaux devraient dissuader ou décourager toute entreprise théorique. Certes, les corpus littéraires médiévaux, par leur diversité et leur altérité, dérangent : ils mettent au défi les cadres théoriques généralement utilisés par les études littéraires et n’entrent pas d’évidence dans l’ensemble qui définit la notion même de littérature. C’est aussi la raison pour laquelle les œuvres qu’appréhendent les médiévistes incitent à faire preuve d’inventivité quant aux instruments qui permettent leur saisie.

Cette créativité théorique, nous voudrions l’assumer pleinement au fil d’un atelier qui se veut collectif et polyphonique. Il s’agira de poser des questions, d’affiner des problématiques et de bricoler des notions au contact étroit des textes médiévaux ; il s’agira aussi d’ouvrir des pistes qui chercheront à renouveler l’accès aux textes, sans esprit de systématisme, de chapelle ou d’unification paradigmatique ; il s’agira surtout de donner envie de lire les textes du Moyen Âge, en trouvant une fréquence inédite qui les donnera à entendre dans leur étonnante actualité. L’atelier ne s’adresse pas aux seuls médiévistes et engage une réflexion susceptible d’intéresser les spécialistes d’autres périodes, mais aussi les non-spécialistes curieux de questions littéraires.

Nous repartirons notamment de problèmes transversaux qui débordent les genres, les siècles ou les matières dans lesquelles la spécialisation tend à enfermer les médiévistes : comment  rendre compte de la créativité des copistes et des lecteurs médiévaux ? Comment penser la dimension collective de l’écriture médiévale ? Peut-on découper la littérature du Moyen Âge en genres ? Comment saisir la spécificité ontologique et médiatique du manuscrit littéraire médiéval ? Telles seront par exemple quelques-unes des questions qui nous occuperont.

Nous chercherons aussi à comprendre comment acclimater de nouveaux modèles théoriques au texte médiéval – comme les études de genre ou les études postcoloniales – sans négliger de voir ce que la littérature du Moyen Âge leur fait en retour.

Nous miserons enfin sur la fécondité du dialogue entre les domaines linguistiques (domaine d’oïl, domaine d’oc, médiolatin), entre les disciplines de la médiévistique (littérature, philologie, histoire, et histoire de l’art) et entre les périodes (du Moyen Âge à l’ultracontemporain).

L’atelier, organisé par Florent Coste (Université de Lorraine), Nathalie Koble (ENS Paris) et Amandine Mussou (Université Paris Diderot), suivra un rythme mensuel : les séances se tiendront un jeudi par mois de 16h30 à 18h30 à l’Université Paris Diderot‑Paris 7 et à l’ENS Paris. Chaque séance fera entendre un ou deux intervenant(s) et sera animée par un ou deux discutant(s).

Calendrier de l’atelier « Le Moyen Âge pour laboratoire » (2018-2019)

 

Les séances ont lieu un jeudi par mois, de 16h30 à 18h30.

Les séances du 11 octobre, 8 novembre et 20 décembre ont lieu à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C).

Les séances du 14 février, de mars, du 4 avril et du 9 mai ont lieu à l’École normale supérieure : 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (la salle sera annoncée ultérieurement).

11 octobre (Paris Diderot-Paris 7)

Séance d’introduction

Intervenants : Florent Coste (Université de Lorraine), Nathalie Koble (ENS Paris), Amandine Mussou (Université Paris Diderot)

8 novembre (Paris Diderot-Paris 7)

Réseaux et communautés : retour sur deux notions en vogue

Intervenants : Florent Coste (Université de Lorraine) et Amandine Mussou (Université Paris Diderot)

Discutante : Laëtitia Tabard (Université du Maine)

20 décembre (Paris Diderot-Paris 7)

Le genre littéraire au Moyen Âge, entre philologie matérielle et approches cognitives

Intervenant : Patrick Moran (University of British Columbia)

Discutants : Noémie Chardonnens (Université de Lausanne) et Richard Trachsler (Universität Zürich)

14 février (ENS Paris)

La littérature française médiévale dans le laboratoire des études de genre

Intervenantes : Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Anne Paupert (Université Paris Diderot)

Discutantes : Sophie Albert (Université Paris Sorbonne) et Fabienne Pomel (Université de Rennes 2)

21 mars (ENS Paris)

L’archéologie des media :  un nouveau regard

Intervenante : Estelle Doudet (Université de Lausanne)

Discutant : Yves Citton (Université Paris 8)

4 avril (ENS Paris)

Écritures collectives et pratiques sociales de la littérature médiévale

Intervenants : Florent Coste (Université de Lorraine) et Marion Uhlig (Université de Fribourg)

Discutant : Olivier Belin (Université de Cergy-Pontoise)

9 mai (ENS Paris)

Droits de lecteurs. L’écriture créative chez les copistes de romans médiévaux 

Intervenantes : Nathalie Koble (ENS Paris) et Anne Rochebouet (Université Versailles Saint-Quentin)