Plurilinguisme : écrire en plusieurs langues au Moyen Âge

Benoit Grévin (CNRS/EHESS) et Jane Taylor (Durham University) discuteront de la question du plurilinguisme avec Fabio Zinelli (EPHE). La séance se tiendra le jeudi 30 janvier 2020 à l’ENS Paris (salle U205 , 29, rue d’Ulm, 75005 Paris). entre 16h30 et 19h. 

Les textes plurilingues « littéraires » et leur encadrement sociohistorique et sociolinguistique – Benoît Grévin (CNRS/EHESS) 

Le Moyen Âge a produit un grand nombre de textes bilingues ou plurilingues dont certains sont entrés dans le canon des monuments littéraires (avec un statut souvent ambigu de « monuments littéraires plurilingues « nationaux » !) et ont stimulé depuis longtemps la réflexion sur l’essence de la production littéraire médiévale et son rapport au langage: le descort multilingue de Raimbaut de Vaqueyras, les muwaššḥāt andalouses composées en arabe classique/arabe dialectal ou en arabe/roman, les poèmes franco-latins de Charles d’Orléans ou d’autres auteurs d’expression française, le poème trilingue attribué à Dante (et insertions en latin ou en occitan dans la Divine comédie), les poèmes plurilingues d’Oswald von Wolkenstein mêlant langues germaniques, latines, slaves et hongrois, ne sont que quelques exemples parmi bien d’autres productions à peine moins fameuses. Pour être bien compris, ces textes doivent bien sûr être étudiés en tenant compte de leur contexte de création sociohistorique ; tout en respectant leur statut, il s’agit à la fois de donner à lire les conditions sociolinguistiques de production d’artefacts qui ne furent pas pensés comme des curiosités mais comme des objets de consommation dans des sociétés fortement plurilingues, et dont les modes de consommation ne peuvent pas être appréhendés à travers des catégories qui feraient abstraction des idées et des pratiques linguistiques des sociétés médiévales.

Une première approche comparatiste consiste à tirer bénéfice de la mise en série de ces exemples pour tenter de mieux comprendre leurs conditions d’apparition, et ce dans une optique à la fois européenne (Europe latine) et extra-européenne (la méditerranée représentant d’ailleurs une large zone intersectionnelle). Une approche comparatiste entre les cultures médiévales latines (sphère de l’Europe de langue référentielle latine), arabo-musulmanes (islam classique théoriquement dominé par la référence à l’arabe classique, même dans les espaces non-arabaphones) et confucéenne peut ainsi aider à poser un certain nombre de questions concernant l’essence et les limites d’une production plurilingue littéraire dans les sociétés médiévales traditionnelles. Se pose en particulier la question des changements progressifs de statut des langues et de la perception du langage (passage dans le monde roman d’une perception stylistique des différences entre le latin et les états linguistiques évoluant vers le roman à une perception dissociée), ainsi que des stratégies de bilinguisme ou plurilinguisme linguistique : création de corpus littéraires bilingues ou plurilingues cloisonnés/parallèles (exemple du Japon antique et médiéval), ou fluidité majeure permettant la naissance de textes mixtes (monde arabo-musulman, mondes latins) ?  Derrière les oppositions de façade, l’analyse des stratégies d’interface réserve des surprises.

Une autre stratégie d’étude des corpus plurilingues médiévaux consiste à contextualiser les productions littéraires dans leur environnement paralittéraire, voire non-littéraire (écritures ressenties comme didactiques, théologiques, pragmatiques). La question du plurilinguisme innerve en effet le Moyen Âge latin à tous les niveaux de production textuelle. D’un côté, traités pédagogiques, théologiques, grammaires, fourmillent à un niveau « haut » (culture des clercs) de réflexions et de jeux d’hybridation tendant à chercher un équilibre entre les trois langues de la croix (latin, grec, hébreu (+araméen biblique)) et les autres langues, et cet horizon d’attente plurilingue déborde largement sur une production caractérisée comme plus littéraire (liturgie, poèmes religieux, traités versifiés…). D’un autre côté, les écritures réputées plus « pragmatiques » (écritures du pouvoir, de l’administration) présentent également, notamment au bas Moyen Âge, une très large zone de production, non seulement répartie de document à document entre différentes langues (alternance de textes latin/français à la chancellerie française des XIVe-XVe siècles, par exemple), mais également souvent plurilingue à l’intérieur d’un même document (textes de chancellerie latino-siciliens, latino-napolitains, latino-allemands…). Or l’étude de cette production « politico-administrative » montre que ces textes obéissent à des logiques de création qui participent d’une appréhension rhétorique de la langue parfois très claire, parfois plus implicite. Où se place alors la frontière entre les productions textuelles plurilingues plus « purement littéraires », d’autres productions de type « paralittéraire », et des textes « plurilingues » qui n’ont pas de dimension littéraire évidente (e. g. une comptabilité bilingue) ? Le problème du plurilinguisme conduit ici à reposer la question lancinante de la définition du champ littéraire en histoire médiévale, plus généralement appréhendable à partir de la question de la gestion du plurilinguisme dans les espaces de production textuelle de prestige.

Zoopoétiques médiévales : les animaux et leurs littératures

Omniprésente et dispersée dans un ensemble de pratiques, de discours et de représentations tout au long de l’époque médiévale, la faune a depuis fait l’objet d’études nombreuses, inaugurées par les travaux pionniers de Robert Delort ou Michel Pastoureau. Ces dernières années, de nouvelles perspectives contribuent à en réinterroger la place, les fonctions et jusqu’à la pertinence même de la notion d’animal, qui se définit toujours en fonction, et en réaction, à l’humain, alors même qu’elle se trouve diffractée dans une multiplicité d’occurrences et de présences. Adossées à la pensée écocritique qui s’est développée et formalisée dans les années 1990, les pistes proposées par les animal studies ont pu être mises à profit par les médiévistes pour repenser, dans le sillage de travaux philosophiques ou anthropologiques majeurs, les outils conceptuels qui permettent d’approcher ces non-humains qui foisonnent, au centre ou à la marge des textes du Moyen Âge. De tels travaux permettent alors de renouveler une première approche largement dominée par l’histoire des représentations, informées par un arrière-plan théologique et philosophique, et surtout préoccupée par la mise au jour des mécanismes symboliques et allégoriques en jeu, pour privilégier l’exploration, dans toute sa diversité, d’une « écologie des relations », qui se donne à lire de façon renouvelée et repensée à chacune de ses manifestations.

Examinée dans ses enjeux éthiques, politiques et esthétiques, la présence animale en littérature devient alors le moyen de mettre en évidence les formes de la domestication des bêtes, manifestation d’une attitude anthropocentrée et anthropocentrique programmée par la Genèse, ainsi que les résistances à ces formes de domination. Ainsi, plusieurs épisodes et discours de la littérature médiévale proposent redécoupages, nuances et contestations face à une opposition frontale entre humain et animal, pour mieux en interroger l’apparent monopole. D’autres rapports et d’autres contacts se donnent ainsi à lire, obligeant à prendre conscience de la diversité des applications possibles du schéma structurant de la distinction et de la domination humaine.

En présentant brièvement les grands enjeux et les jalons de cette nouvelle attention aux figures animales et en parcourant le vaste spectre des relations entre l’homme et l’animal, Yoan Boudes et Christopher Lucken chercheront d’abord à montrer toute l’utilité qu’il peut y avoir, pour les médiévistes, à reconsidérer leur intégration au sein d’un genre ou d’un discours comme un enjeu à la fois narratif, rhétorique et poétique. C’est ensuite en considérant l’animal comme un lieu de savoir qu’ils tenteront d’interroger plus précisément cette zoopoétique : comment donc se donnent à lire les savoirs de l’animal, ceux dont ils font l’objet et ceux dont ils sont le sujet, dans des textes qui semblent entièrement leur être dévolus ?

Yoan Boudes (Paris Sorbonne) et Christopher Lucken (Paris 8) discuteront de ces questions avec Pierre-Olivier Dittmar (EHESS).

La séance aura lieu le jeudi 23 janvier 2020 de 16h30 à 19h, salle Pierre AlbouyUniversité Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C). Pour toute information, veuillez contacter florent.coste@orange.fr ou amandine.mussou@gmail.com

Droits de lecteurs : l’invention des ateliers d’écriture (14 novembre 2019)

Comme la critique l’a abondamment souligné, notamment à la suite du débat ouvert entre « ancienne » et « nouvelle » philologie, la littérature médiévale est caractérisée par un très fort degré de variation, dans ses processus de transmission mais aussi de création, processus animés avant tout par une esthétique du remploi et de la continuité avec les modèles antérieurs.

Le modèle implicite dominant du discours théorique est ainsi vertical et généalogique. Dans une vision biologique de l’écosystème littéraire, héritière de catégories de pensée construites au XIXème siècle, la création littéraire s’inscrit, suivant les positions théoriques, dans un processus de dégénérescence héréditaire inévitable mais contre lequel on peut lutter pour sortir de cette « généalogie pathologique » (Zrinka Stahuljak), ou dans un « excès joyeux » (Bernard Cerquiglini) incontrôlable, caractéristique de la vie même.

On voudrait ici, dans le sillage des théories de la réception, interroger à l’inverse l’horizontalité des pratiques d’écritures médiévales, en essayant de mettre au jour, à partir de quelques exemples tirés de corpus fictionnels en français, des usages et des habitudes de compilation et d’écriture qui font école – au sens rhétorique du terme –, autour de communautés de lecteurs avertis. Nous interrogerons ainsi à l’aide d’un choix d’exemples examinés à la loupe ces lecteurs de troisième main que sont les copistes, « manulecteurs » qui écrivent en lisant.

Intervenantes : Anne Rochebouet (Université Versailles Saint-Quentin) et Nathalie Koble (ENS Paris)

La séance aura lieu le jeudi 14 novembre de 16h30 à 19h, salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C). Pour toute information, veuillez contacter florent.coste@orange.fr ou amandine.mussou@gmail.com

Le Moyen Âge pour laboratoire – Programme 2019-2020

Pour la deuxième année consécutive, l’atelier « Le Moyen Âge pour laboratoire » propose, à partir des situations et des problèmes que suscitent les corpus de littérature médiévale, de faire de la théorie littéraire autrement. Sa formule reste inchangée :

  • les séances, résolument polyphoniques, font dialoguer des spécialistes de littérature médiévale avec des spécialistes d’autres époques et d’autres disciplines, des jeunes chercheurs avec des chercheurs confirmés.
  • entre prose et poésie, entre langues vernaculaires et médiolatin, entre XIe et XVe siècles, la littérature médiévale dialogue avec les corpus ultérieurs et contemporains.

Les séances se déroulent un jeudi par mois de 16h30 à 19h à l’ENS Paris et à l’Université Paris Diderot.

14 Novembre 2019 – Droits de lecteurs : l’invention des ateliers d’écriture

Anne Rochebouet (UVSQ) et Nathalie Koble (ENS Paris)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

 19 décembre 2019 – Auteurs et mécènes : partage d’autorités

Deborah McGrady (University of Virginia) et David Hult (University of California, Berkeley)

Répondant : Étienne Anheim (EHESS)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

23 janvier 2020 – Zoopoétique médiévale : les animaux et leurs littératures

Christopher Lucken (Paris 8) et Yoan Boudes (Paris Sorbonne)

Répondant : Pierre-Olivier Dittmar (EHESS)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

30 janvier 2020 – Plurilinguisme : écrire en plusieurs langues au Moyen Âge

Jane Taylor (Durham University) et Benoît Grévin (CNRS/EHESS)

Répondant : Fabio Zinelli (EPHE)

Lieu : École Normale Supérieure, salle U205 (29, rue d’Ulm, 75005 Paris).

13 février 2020 – Allégories médiévales : entre fiction et incarnation

Fabienne Pomel (Université de Rennes 2) et Dominique Demartini (Université Sorbonne nouvelle)

Répondante : Florence Dumora (Université Paris Diderot)

Lieu : Salle Pierre Albouy, Université Paris Diderot (5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle 685C).

19 mars 2020 – Polyphonies de la littérature médiévale : genres, styles, discours

Laëtitia Tabard (Le Mans Université) et Jean-Claude Mühlethaler (Université de Lausanne)

Répondante : Lise Charles (Université de Nantes)

Lieu : École Normale Supérieure, salle Celan (45, rue d’Ulm, 75005 Paris).

2 avril 2020 – Faire monde

Zrinka Stahuljak (UCLA) et Mireille Séguy (Université Paris 8)

Répondante : Tiphaine Samoyault (Paris 3 Sorbonne nouvelle)

Lieu : École Normale Supérieure, salle Celan (45, rue d’Ulm, 75005 Paris).

14 mai 2020 – Littérature en jeu : poétiques ludiques

Amandine Mussou (Université Paris Diderot) et Maxime Kamin (Université Grenoble Alpes)

Répondante : Camille Bloomfield (Paris 13-Thalim)

Lieu : École Normale Supérieure, salle Celan (45, rue d’Ulm, 75005 Paris).

4 juin 2020 – La poésie visuelle et sonore : filiations médiévales, résurgences contemporaines (journée d’études à l’ENS Paris)

Marion Uhlig (Université de Fribourg), Agathe Sultan (Université Bordeaux Montaigne) et Mathias Sieffert (Paris 3 Sorbonne Nouvelle, Harvard University)

Répondants : Vincent Barras, Vincent Debiais (CNRS/EHESS)

Lieu : École Normale Supérieure (salle à préciser).

Écritures collectives et pratiques sociales de la littérature médiévale

Poser des questions de poétique à la littérature médiévale, c’est poser la question du faire : qui fait quoi ? et à qui cela est-il assignable et imputable ? C’est en un sens faire réapparaître, en bousculant un peu les habitudes de l’histoire littéraire fondée sur des critères auctoriaux et individualistes, la question du travail dans la création, la production et la reproduction de l’écrit. La littérature médiévale ouvre ainsi l’acte même de l’écriture à sa dimension collective : réécritures, continuations, orchestration dans des compilations de sources antérieures, mises en cycle, mises en recueil, mais aussi auctorialité plurielle, polygraphies, collaborations et coordinations au sein d’ateliers de copistes, etc. Toutes ces situations (re)peuplent insensiblement l’histoire de la littérature médiévale d’une foule d’acteurs souvent oubliés ou invisibilisés, mais qui s’articulent au sein de communautés graphiques. Se reposent à nouveaux frais quelques questions fondamentales pour le médiéviste : quel statut conférer à la copie dans la transmission et la tradition de la littérature ? ; quelle place conférer au style dans ces écritures collectives ? ; ou encore quelles continuités lient la littérature médiévale à d’autres formes ordinaires de documentation et de productions écrites ?

Dans un second temps, on abordera avec Marion Uhlig la question des écritures collectives et des pratiques sociales de la littérature médiévale au prisme des effets de métalepse qui la caractérisent de façon massive. Il s’agit d’illustrer et d’interroger les dispositifs visant à rompre l’illusion fictionnelle pour activer des interférences entre les mondes internes et externes au texte, et partant fusionner les univers référentiels des instances de production, de réception et de représentation, soit du poète, du ou des récitant(s), des auditeurs-lecteurs et des personnages. Que se passe-t-il lorsque ces dispositifs sont activés ? Tout indique qu’on a affaire à une démarche inclusive, un geste de rassemblement œuvrant à la formation d’une communauté par-delà les frontières des niveaux narratifs et extranarratifs. En ce sens, la métalepse – ou l’action d’« abattre le quatrième mur » – semble revêtir au Moyen Âge une valeur injonctive, visant à assurer le déploiement de la narrativité. Plus largement, ce phénomène emblématise les pratiques de polyphonie et d’écriture collective, de stratification et de transmission de la littérature médiévale. On aimerait ainsi, et à partir d’exemples éclectiques, considérer la métalepse comme un outil heuristique permettant d’interroger le fonctionnement à la fois intellectuel, matériel et anthropologique de la narrativité médiévale, conçue comme pratique sociale et comme résultat d’écritures collectives.

La séance aura lieu le 4 avril à l’École normale supérieure, en salle 235B (29 rue d’Ulm), à partir de 16h30
Intervenant.e.s : Marion Uhlig (Université de Fribourg) et Florent Coste (Université de Lorraine).
Répondant : Olivier Belin (Université de Cergy).

La littérature française médiévale dans le laboratoire des études de genre

Les études de genre portant sur la littérature française médiévale s’inscrivent dans une tradition critique qui s’est développée sur plusieurs décennies, surtout dans le monde académique anglo-saxon, prenant le relais d’une attention critique centrée sur le rôle et la place des femmes dans le champ littéraire ainsi que sur les modalités du discours féminin.  Dans un premier temps, nous évoquerons brièvement cette évolution en rappelant ses principaux aspects méthodologiques.

On s’efforcera ensuite de discuter la pertinence de quelques concepts issus du développement des études de genre en sciences sociales pour une approche littéraire des textes médiévaux. En partant de l’idée que le genre fait système, il convient de prendre la mesure de la diversité des domaines d’application de cet outil d’analyse : contrôle de la reproduction, accès à la sphère publique, division sexuelle du savoir et du travail, sexualités et discours amoureux, entre autres.  Ce spectre large appelle l’usage de distinctions précises. Les chercheurs et les chercheuses convoquent de plus en plus souvent des notions d’apparence un peu technique comme agentivité, intersectionnalité ou homosocialité.  Ces concepts permettent-ils de décrire efficacement la diversité des formes que prennent les rapports sociaux de sexe en fonction des contextes discursifs, poétiques ou politiques propres à la période médiévale ?

Pour terminer, en partant d’une situation narrative récurrente dans les textes courtois des XIIe et XIIIe siècles, nous nous demanderons jusqu’à quel point les agencements du genre sont susceptibles de se recomposer au gré des textes.  Pourrait-on aller jusqu’à dire que le façonnage du genre fait partie intégrante de l’élaboration fictionnelle de l’œuvre, dans le contexte d’une littérature qui s’invente au gré d’un travail incessant de reprises et de reconfiguration de matières narratives connues ?

La séance aura lieu le 14 février à l’Ecole normale supérieure, au 29 rue d’Ulm (et non au 45), en salle Paul Langevin, à partir de 16h30.
Intervenantes : Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Anne Paupert (Université Paris Diderot).
Répondantes : Sophie Albert (Université Paris Sorbonne) et Fabienne Pomel (Université de Rennes 2). Les quatre intervenantes viennent de créer un réseau baptisé LIMA.GE (Littérature Médiévale et Genre) qui sera très prochainement doté d’un « carnet hypothèses ».

Le genre littéraire au Moyen Âge, entre philologie matérielle et approches cognitives (séance n°3 – 20/12/2018)

La troisième séance de l’atelier Le Moyen Âge pour laboratoire s’attaquera à l’épineuse question du genre littéraire. Patrick Moran (University of British Columbia) y présentera ses travaux et aura pour discutant Richard Trachsler (Universität Zürich).

Qu’est-ce qu’un genre littéraire ? Pourquoi classons-nous les œuvres en fonction de caractéristiques communes, et quel est le statut des catégories qui résultent de ce tri ? Est-ce que le genre que nous attribuons à un texte nous révèle quelque chose sur le texte lui-même, sur le geste qui l’a produit, ou sur la réception que nous en faisons ?

La période médiévale est parfois présentée comme a-générique, ou comme souffrant d’une généricité défaillante, hybride ou floue ; certains médiévistes préfèrent au mot genre, qui sent trop le classicisme et l’héritage aristotélicien, des termes alternatifs comme tradition ou forme ou des expressions employées au Moyen Âge telles que la matière ou le style. Mais c’est précisément cette résistance de la période médiévale à nos habitudes génériques qui doit nous obliger à prendre la question du genre au sérieux.

De deux choses l’une : ou bien le Moyen Âge nous démontre que la notion de genre est une construction historiquement limitée, ou bien il nous incite à adopter une définition « désaturée » du terme, débarrassée du référent aristotélicien, dans la lignée des travaux de Jean-Marie Schaeffer et d’Alastair Fowler, et à nous pencher sur la manière dont les textes sont groupés ou différenciés, de manière souvent toute pragmatique. Le paysage littéraire médiéval, surtout aux XIe-XIIIe siècles, nous confronte non à une absence de genres, mais à un foisonnement de logiques génériques, fondées sur des oppositions structurantes : long/court, vers/prose, chant/non-chant, etc.

Interroger le genre littéraire au Moyen Âge nous oblige à un retour sur les cadres que nous avons imposés à la production médiévale depuis le XIXe siècle. Pour retrouver les genres médiévaux, il est souvent nécessaire de procéder à une critique des genres médiévistes qui les recouvrent par sédimentation : les habitudes médiévales, telles que les traditions textuelles et manuscrites nous les révèlent, sont parfois plus limpides que l’idée que nous nous en faisons, ou elles peuvent au contraire nous révéler des regroupements et des facteurs de catégorisation inattendus. Paradoxalement, sur le genre comme sur bien d’autres questions théoriques, c’est donc par une plongée dans l’altérité de la textualité médiévale qu’on pourra mettre en lumière ce que les pratiques littéraires du Moyen Âge ont de congruent aux nôtres.

La séance se tiendra jeudi 20 décembre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C).

Attention : en raison d’un dispositif de sécurité à l’entrée de l’Université, merci de confirmer votre présence en envoyant un mail à amandine.mussou@gmail.com et de vous munir d’une pièce d’identité le jour de la séance.

Réseaux et communautés : retour sur deux notions en vogue (séance n°2 – 08/11/2018)

Pour la deuxième séance de l’atelier Le Moyen Âge pour laboratoire, on a souhaité revenir sur les notions de « communauté » et de « réseau » qui connaissent aujourd’hui les faveurs de la critique et de la théorie littéraires. 

Plusieurs raisons président sans doute à ce succès. D’une part, une tendance de fond travaille assurément le champ littéraire, dans le sens d’une affirmation des approches sociales et pragmatiques de la littérature. Elles-mêmes peuvent résulter d’effets de mode disciplinaire qui, depuis la philosophie ou les sciences sociales, percolent de manière relativement intempestive dans les études littéraires : symptomatique, à cet égard, la convocation de plus en plus régulière dans les appels à contribution des études littéraires (notamment anglosaxonnes) de la théorie de l’acteur-réseau de Bruno Latour.

D’autre part, si les études médiévales n’échappent pas à cette vogue, c’est sans doute que la tentation est grande aussi de faire du Moyen Âge l’époque du communautaire1 ou le moment des communs. Non sans réminiscence avec la distinction classique forgée par le sociologue allemand Ferdinand Tönnies entre Gemeinschaft et Gesellschaft (opposant une société moderne, individualiste et contractuelle et une société traditionnelle, moins atomisée et plus organique), une certaine historiographie a tendu à considérer et à fantasmer les expériences communales du Moyen Âge comme un point de référence et une caution historique à la réflexion politique actuelle des communs2.

Reste que les médiévistes étaient loin d’être démunis pour élaborer une pensée sociale de la littérature, si l’on songe que dès le début des années 80, Brian Stock a forgé le concept de « communauté textuelle »3 pour décrire les groupes qui s’organisent autour de l’usage d’un texte déterminé. Si l’on n’a pas toujours exploité cette notion d’une extrême fécondité, il s’agira durant cette séance de voir ce que pourrait en tirer la théorie littéraire et ce que pourrait en gagner notre lecture des textes médiévaux. En question et en jeu ici : le rôle de la littérature dans la structuration, l’organisation et l’animation de la vie sociale du Moyen Âge.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble, Amandine Mussou et Laëtitia Tabard, la séance se tiendra jeudi 8 novembre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre.

  1. Voir, par exemple, la mise au point de Joseph Morsel, « En guise d’avant-propos : 
    les communautés ont quand même une histoire », Questes [En ligne], 32 | 2016, mis en ligne le 10 mai 2016, consulté le 04 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/questes/4324 []
  2. Voir, pour une remise en perspective historiographique de cette question, Paolo Napoli, « Indisponibilité, service public, usage. Trois concepts fondamentaux pour le « commun » et les « biens communs » », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 27 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 04 novembre 2018. []
  3. Brian Stock, The Implications of literacy. Written language and models of interpretation in the Eleventh and Twelfth centuries, Princeton, 1983 ; Listening for the Text: On the Uses of the Past, University of Pennsylvania, 1990. []

Le Moyen Âge pour laboratoire et l’invention théorique de la littérature médiévale (séance n°1 – 11/10/2018)

La première séance de l’atelier se chargera d’introduire et de présenter les principales questions qui animeront les discussions de cette année autour des rapports entre littérature médiévale et théorie littéraire.

Nous reviendrons en tout premier lieu sur le numéro #20 de Fabula LHT, intitulé « Le Moyen Âge pour laboratoire » donnant l’impulsion à cet atelier qui se propose d’en être la continuation. Ce numéro a souhaité défendre une conviction simple : nous pensons que la littérature qui nous occupe, que nous lisons, que nous étudions, que nous enseignons – la littérature médiévale – peut nous apprendre quelque chose au-delà même de ce qu’elle dit d’elle-même et de la période qui l’a vu naître ; elle peut même nous faire porter un regard plus lucide sur les littératures contemporaines et contribuer à enrichir nos théories littéraires. On tentera à cet égard de spécifier la nature des rapports possibles du médiéviste au contemporain, ainsi que la légitimité du médiéviste à contribuer à la théorie de la littérature.

En second lieu, il s’agira de préciser ce que l’on entend par « invention théorique de la littérature médiévale » : si – au sens du génitif objectif – le théoricien contemporain peut inventer et instituer « la littérature médiévale », en forgeant des concepts par lesquels se forment de nouveaux corpus et de nouveaux problèmes littéraires, cela n’est possible qu’en rendant justice à l’inventivité propre de la littérature médiévale – au sens du génitif subjectif – comme gisement de ressources qu’un sens trop moderne de la littérature laisserait inaperçues et qu’il importerait précisément d’exhumer et de faire remonter à la surface. Telle est la polysémie, toute médiévale d’ailleurs, de la notion d’invention qui oscille entre découverte et fabrication : l’inventio reliquarum d’un saint désigne la découverte de ses ossements qui justifie l’institution de son culte.

Animée par Florent Coste, Nathalie Koble et Amandine Mussou, la séance se tiendra jeudi 11 octobre 2018, de 16h30 à 18h30, à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C). L’entrée est libre. 

Et si la littérature médiévale nous aidait à faire de la théorie littéraire autrement ?

Dans le sillage du numéro « Le Moyen Âge pour laboratoire » (Fabula LHT, n°20, janvier 2018), cet atelier entend poursuivre le questionnement qui l’animait : comment la littérature médiévale nous aide-t-elle à faire de la théorie littéraire autrement ? Nous souhaiterions détromper l’idée selon laquelle les spécialistes de littérature médiévale n’auraient ni les moyens ni la légitimité de faire de la théorie littéraire ; l’atelier entend aussi aller à rebours de l’idée que les efforts de contextualisation, d’édition et de traduction qu’exigent les textes médiévaux devraient dissuader ou décourager toute entreprise théorique. Certes, les corpus littéraires médiévaux, par leur diversité et leur altérité, dérangent : ils mettent au défi les cadres théoriques généralement utilisés par les études littéraires et n’entrent pas d’évidence dans l’ensemble qui définit la notion même de littérature. C’est aussi la raison pour laquelle les œuvres qu’appréhendent les médiévistes incitent à faire preuve d’inventivité quant aux instruments qui permettent leur saisie.

Cette créativité théorique, nous voudrions l’assumer pleinement au fil d’un atelier qui se veut collectif et polyphonique. Il s’agira de poser des questions, d’affiner des problématiques et de bricoler des notions au contact étroit des textes médiévaux ; il s’agira aussi d’ouvrir des pistes qui chercheront à renouveler l’accès aux textes, sans esprit de systématisme, de chapelle ou d’unification paradigmatique ; il s’agira surtout de donner envie de lire les textes du Moyen Âge, en trouvant une fréquence inédite qui les donnera à entendre dans leur étonnante actualité. L’atelier ne s’adresse pas aux seuls médiévistes et engage une réflexion susceptible d’intéresser les spécialistes d’autres périodes, mais aussi les non-spécialistes curieux de questions littéraires.

Nous repartirons notamment de problèmes transversaux qui débordent les genres, les siècles ou les matières dans lesquelles la spécialisation tend à enfermer les médiévistes : comment  rendre compte de la créativité des copistes et des lecteurs médiévaux ? Comment penser la dimension collective de l’écriture médiévale ? Peut-on découper la littérature du Moyen Âge en genres ? Comment saisir la spécificité ontologique et médiatique du manuscrit littéraire médiéval ? Telles seront par exemple quelques-unes des questions qui nous occuperont.

Nous chercherons aussi à comprendre comment acclimater de nouveaux modèles théoriques au texte médiéval – comme les études de genre ou les études postcoloniales – sans négliger de voir ce que la littérature du Moyen Âge leur fait en retour.

Nous miserons enfin sur la fécondité du dialogue entre les domaines linguistiques (domaine d’oïl, domaine d’oc, médiolatin), entre les disciplines de la médiévistique (littérature, philologie, histoire, et histoire de l’art) et entre les périodes (du Moyen Âge à l’ultracontemporain).

L’atelier, organisé par Florent Coste (Université de Lorraine), Nathalie Koble (ENS Paris) et Amandine Mussou (Université Paris Diderot), suivra un rythme mensuel : les séances se tiendront un jeudi par mois de 16h30 à 18h30 à l’Université Paris Diderot‑Paris 7 et à l’ENS Paris. Chaque séance fera entendre un ou deux intervenant(s) et sera animée par un ou deux discutant(s).

Calendrier de l’atelier « Le Moyen Âge pour laboratoire » (2018-2019)

 

Les séances ont lieu un jeudi par mois, de 16h30 à 18h30.

Les séances du 11 octobre, 8 novembre et 20 décembre ont lieu à l’Université Paris Diderot-Paris 7, UFR Lettres Arts Cinéma : 5, rue Thomas Mann, 75013 Paris. Les Grands Moulins, aile C, 6ème étage, salle Pierre Albouy (salle 685C).

Les séances du 14 février, de mars, du 4 avril et du 9 mai ont lieu à l’École normale supérieure : 45 rue d’Ulm, 75005 Paris (la salle sera annoncée ultérieurement).

11 octobre (Paris Diderot-Paris 7)

Séance d’introduction

Intervenants : Florent Coste (Université de Lorraine), Nathalie Koble (ENS Paris), Amandine Mussou (Université Paris Diderot)

8 novembre (Paris Diderot-Paris 7)

Réseaux et communautés : retour sur deux notions en vogue

Intervenants : Florent Coste (Université de Lorraine) et Amandine Mussou (Université Paris Diderot)

Discutante : Laëtitia Tabard (Université du Maine)

20 décembre (Paris Diderot-Paris 7)

Le genre littéraire au Moyen Âge, entre philologie matérielle et approches cognitives

Intervenant : Patrick Moran (University of British Columbia)

Discutants : Noémie Chardonnens (Université de Lausanne) et Richard Trachsler (Universität Zürich)

14 février (ENS Paris)

La littérature française médiévale dans le laboratoire des études de genre

Intervenantes : Yasmina Foehr-Janssens (Université de Genève) et Anne Paupert (Université Paris Diderot)

Discutantes : Sophie Albert (Université Paris Sorbonne) et Fabienne Pomel (Université de Rennes 2)

21 mars (ENS Paris)

L’archéologie des media :  un nouveau regard

Intervenante : Estelle Doudet (Université de Lausanne)

Discutant : Yves Citton (Université Paris 8)

4 avril (ENS Paris)

Écritures collectives et pratiques sociales de la littérature médiévale

Intervenants : Florent Coste (Université de Lorraine) et Marion Uhlig (Université de Fribourg)

Discutant : Olivier Belin (Université de Cergy-Pontoise)

Séance reportée fin septembre 2019

Droits de lecteurs. L’écriture créative chez les copistes de romans médiévaux 

Intervenantes : Nathalie Koble (ENS Paris) et Anne Rochebouet (Université Versailles Saint-Quentin)