Écritures collectives et pratiques sociales de la littérature médiévale

Poser des questions de poétique à la littérature médiévale, c’est poser la question du faire : qui fait quoi ? et à qui cela est-il assignable et imputable ? C’est en un sens faire réapparaître, en bousculant un peu les habitudes de l’histoire littéraire fondée sur des critères auctoriaux et individualistes, la question du travail dans la création, la production et la reproduction de l’écrit. La littérature médiévale ouvre ainsi l’acte même de l’écriture à sa dimension collective : réécritures, continuations, orchestration dans des compilations de sources antérieures, mises en cycle, mises en recueil, mais aussi auctorialité plurielle, polygraphies, collaborations et coordinations au sein d’ateliers de copistes, etc. Toutes ces situations (re)peuplent insensiblement l’histoire de la littérature médiévale d’une foule d’acteurs souvent oubliés ou invisibilisés, mais qui s’articulent au sein de communautés graphiques. Se reposent à nouveaux frais quelques questions fondamentales pour le médiéviste : quel statut conférer à la copie dans la transmission et la tradition de la littérature ? ; quelle place conférer au style dans ces écritures collectives ? ; ou encore quelles continuités lient la littérature médiévale à d’autres formes ordinaires de documentation et de productions écrites ?

Dans un second temps, on abordera avec Marion Uhlig la question des écritures collectives et des pratiques sociales de la littérature médiévale au prisme des effets de métalepse qui la caractérisent de façon massive. Il s’agit d’illustrer et d’interroger les dispositifs visant à rompre l’illusion fictionnelle pour activer des interférences entre les mondes internes et externes au texte, et partant fusionner les univers référentiels des instances de production, de réception et de représentation, soit du poète, du ou des récitant(s), des auditeurs-lecteurs et des personnages. Que se passe-t-il lorsque ces dispositifs sont activés ? Tout indique qu’on a affaire à une démarche inclusive, un geste de rassemblement œuvrant à la formation d’une communauté par-delà les frontières des niveaux narratifs et extranarratifs. En ce sens, la métalepse – ou l’action d’« abattre le quatrième mur » – semble revêtir au Moyen Âge une valeur injonctive, visant à assurer le déploiement de la narrativité. Plus largement, ce phénomène emblématise les pratiques de polyphonie et d’écriture collective, de stratification et de transmission de la littérature médiévale. On aimerait ainsi, et à partir d’exemples éclectiques, considérer la métalepse comme un outil heuristique permettant d’interroger le fonctionnement à la fois intellectuel, matériel et anthropologique de la narrativité médiévale, conçue comme pratique sociale et comme résultat d’écritures collectives.

La séance aura lieu le 4 avril à l’École normale supérieure, en salle 235B (29 rue d’Ulm), à partir de 16h30
Intervenant.e.s : Marion Uhlig (Université de Fribourg) et Florent Coste (Université de Lorraine).
Répondant : Olivier Belin (Université de Cergy).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.