Et si la littérature médiévale nous aidait à faire de la théorie littéraire autrement ?

Dans le sillage du numéro « Le Moyen Âge pour laboratoire » (Fabula LHT, n°20, janvier 2018), cet atelier entend poursuivre le questionnement qui l’animait : comment la littérature médiévale nous aide-t-elle à faire de la théorie littéraire autrement ? Nous souhaiterions détromper l’idée selon laquelle les spécialistes de littérature médiévale n’auraient ni les moyens ni la légitimité de faire de la théorie littéraire ; l’atelier entend aussi aller à rebours de l’idée que les efforts de contextualisation, d’édition et de traduction qu’exigent les textes médiévaux devraient dissuader ou décourager toute entreprise théorique. Certes, les corpus littéraires médiévaux, par leur diversité et leur altérité, dérangent : ils mettent au défi les cadres théoriques généralement utilisés par les études littéraires et n’entrent pas d’évidence dans l’ensemble qui définit la notion même de littérature. C’est aussi la raison pour laquelle les œuvres qu’appréhendent les médiévistes incitent à faire preuve d’inventivité quant aux instruments qui permettent leur saisie.

Cette créativité théorique, nous voudrions l’assumer pleinement au fil d’un atelier qui se veut collectif et polyphonique. Il s’agira de poser des questions, d’affiner des problématiques et de bricoler des notions au contact étroit des textes médiévaux ; il s’agira aussi d’ouvrir des pistes qui chercheront à renouveler l’accès aux textes, sans esprit de systématisme, de chapelle ou d’unification paradigmatique ; il s’agira surtout de donner envie de lire les textes du Moyen Âge, en trouvant une fréquence inédite qui les donnera à entendre dans leur étonnante actualité. L’atelier ne s’adresse pas aux seuls médiévistes et engage une réflexion susceptible d’intéresser les spécialistes d’autres périodes, mais aussi les non-spécialistes curieux de questions littéraires.

Nous repartirons notamment de problèmes transversaux qui débordent les genres, les siècles ou les matières dans lesquelles la spécialisation tend à enfermer les médiévistes : comment  rendre compte de la créativité des copistes et des lecteurs médiévaux ? Comment penser la dimension collective de l’écriture médiévale ? Peut-on découper la littérature du Moyen Âge en genres ? Comment saisir la spécificité ontologique et médiatique du manuscrit littéraire médiéval ? Telles seront par exemple quelques-unes des questions qui nous occuperont.

Nous chercherons aussi à comprendre comment acclimater de nouveaux modèles théoriques au texte médiéval – comme les études de genre ou les études postcoloniales – sans négliger de voir ce que la littérature du Moyen Âge leur fait en retour.

Nous miserons enfin sur la fécondité du dialogue entre les domaines linguistiques (domaine d’oïl, domaine d’oc, médiolatin), entre les disciplines de la médiévistique (littérature, philologie, histoire, et histoire de l’art) et entre les périodes (du Moyen Âge à l’ultracontemporain).

L’atelier, organisé par Florent Coste (Université de Lorraine), Nathalie Koble (ENS Paris) et Amandine Mussou (Université Paris Diderot), suivra un rythme mensuel : les séances se tiendront un jeudi par mois de 16h30 à 18h30 à l’Université Paris Diderot‑Paris 7 et à l’ENS Paris. Chaque séance fera entendre un ou deux intervenant(s) et sera animée par un ou deux discutant(s).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.